Lutte pour le respect des droits de l'homme et pratique artistique

(commentaires : 5)

 

 

files/blog/Presentation/Projet/Ou_sommes_nous/Blog/Paresseux.jpgSur la plage de Punta Uva, un paresseux dans son arbre se déplace avec une relative rapidité. Sa présence nous attire à ses pieds. Deux personnes se joignent à nous; c'est Allan et Bettina, accompagnés de leur chien Zumo. La discussion s'engage sans que nul ne sache pour l'instant à quel point cette rencontre va être riche. 

 

 

 

files/blog/Presentation/Projet/Ou_sommes_nous/Blog/Acodehu.jpgNous les retrouvons quelques jours plus tard près de San José pour échanger sur nos travaux respectifs: Alan et Bettina passent en effet leur temps libre à lutter pour une association, pour la faire renaitre et grandir, l'Association Costaricienne pour les Droits de l'Humain (ACODEHU: http://www.acodehu.com/).

L'Acodehu est née en 1985 à l'initiative d'un groupe de personnes qui avaient une volonté en commun: dénoncer les violations des droits de l'homme perpétrées en Amérique Centrale et aider les personnes à trouver refuge au Costa Rica. Les volontaires de l'association poursuivent désormais les objectifs définis dans les années 1980: leur but est aujourd'hui de défendre et promouvoir le respect des droits de toute personne sans distinction.

 

 

 

Ils s'inspirent de l'actualité de leur pays pour élire des combats qu'ils souhaitent mener, les thèmes sur lesquels ils veulent attirer l'attention du public et faire grandir la prise de conscience. Ils ont pour l'instant définit trois axes de travail:

 

- Le projet Casa Abierta, pour aider les réfugiés à trouver un toit, de la nourriture et les accompagner, les guider dans leurs démarches administratives.

- La " Campagna Costa Rica sin militares" pour tenter d'empêcher la militarisation du pays.

- Un projet pour soutenir les communautés côtières face à la pression des hoteliers et des pétroliers.

 

 

 

files/blog/Presentation/Projet/Ou_sommes_nous/Blog/Maison ouverte.jpg

 

 

 

Trop attachés à leur indépendance, ils ne demandent aucun soutient financier de l'état Costaticien. C'est donc avec un tout petit budget qu'ils mènent régulièrement des actions sur le terrain: ils peuvent par exemple se placer en observateurs des droits humains (présence aux élections, aux manifestations,...même à l'étranger). Leur démarche s'accompagne parfois de différentes formes artistiques: poésie, musique, peinture, photogaphie, théâtre spontané, "phychodrama" (théâtre à visée thérapeutique),...

 

 

En outre la récolte de preuve par le biais de la vidéo, du documentaire, est une méthode employée par l'ACODEHU. Les membres de l'association réalisent en effet des reportages dénonciateurs destinés à révéler au public et/ou aux autorités les violations des droits humains qu'ils observent.

 

 

 

files/blog/Presentation/Projet/Ou_sommes_nous/Blog/Manifestation.jpg

 

 

 

L'information aux victimes est également importante, et le groupe s'attache à leur donner les armes pour se défendre. Ils organisent par exemple des ateliers pour apprendre aux communautés avec lesquelles ils travaillent à se servir d'une caméra et à faire des montages vidéo, récoltant ainsi de précieuses preuves.

 

 

Toutes les actions de l' ACODEHU, même petites, défendent des causes humaines importantes et elles sont décrite par Allan et Bettina avec tant de passion qu'elles en deviennent grandioses. Et puis, nous ne parlerons pas que des activités de l'association avec nos hôtes improvisés, mais aussi de politique, d'histoire, de géographie, de travail social, d'anecdotes diverses et variées,...

 

 

Une rencontre imprévue, initié par un paresseux, une belle image de ce pays...! 

Merci pour ces quelques jours qui nous ouvrent aussi les yeux sur l'amplitude des mouvement sociaux et culturels qui naissent depuis des années en Amérique Latine pour lutter pour l'indépendance de ces pays trop souvent opprimés.

 

 

 

files/blog/Presentation/Projet/Ou_sommes_nous/Blog/La vie est une lutte.jpg

 

 

 

Nous laissons à contre coeur Allan et Bettina, pour poursuivre notre chemin. Nous avons passé la frontière de 9 janvier pour rejoindre Colon, au Panama où nous allons retrouver la famille de Julien. Bilan, bricolage sur le camion et préparation de la suite; les semaines qui suivent vont être riche et passer très vite!

 

 

On vous retrouve très bientôt pour vous raconter la suite! En attendant, comme on dit au Costa Rica...

Pura Vida!

 

 

 

Allan
Allan

Retour

Ajouter un commentaire

Commentaire de Christel |

Prendre le temps c'est aussi s'autoriser à s’émerveiller, se laisser surprendre et laisser la place aux véritables rencontres :-)

Commentaire de Clarisse |

Entièrement d'accord avec Christel...une richesse qui permet d'évoluer ...merci et bravo !

Commentaire de Louis |

Pura vida et bonne route au Panama.
A bientôt de vos nouvelles.

Commentaire de GAELLE |

salu les nazes!!!! je viens regulierement voir votre voyage et waouhhhhhh ke de belles rencontres de faites et des choses magnifiques!!!! je vous souhaite a tout les 5 ke du bonheur etke de nouvelles belles choses!!!! gros bisou a bientot

Commentaire de Charles Gesegnet |

rien à voir avec le poste, mais je n'avais jamais vue la vidéo de la cirkovention, trop fort les frenchs, une petites kasdédi aurait fait plaiz mais bon. bravo pour votre maitrise de l'espagnol même avec le départ raté de pedro (hihi ça m'a fait bien golri)