La maison aux mille fenêtres

30-10-2012 12:21 (commentaires : 0)

 

 

Dans l’Etat Plurinational de Bolivie, et pour être plus précis dans une rue piétonne de Barrio Alto, au dessus de La Paz, une maison se distingue de toutes les autres. La Fondation Trono Compa ne peut passer inaperçue, avec son architecture extravagante et sa façade presque intégralement composée de fenêtres morcelées. Logés dans son auberge colorée, nous avons découvert une pédagogie inédite.

 

 

 

tl_files/blog/Presentation/Projet/Ou_sommes_nous/Blog/Vue Bolivie.jpg

 

 

 

Pour Ivan, fondateur et directeur de la fondation, tout a débuté en 1989 lorsqu’il a commencé à accueillir chez lui des enfants des rues pour leur enseigner la pratique théâtrale et ainsi leur donner de nouvelles perspectives d’avenir.

 

Vingt-trois ans plus tard, maison et fondation ont bien grandis. En plus de l’activité théâtrale, enfants, adolescents et jeunes peuvent venir participer à d’autres ateliers comme la danse, la radio, la musique et même un peu de cirque.

 

 

 

 

 

tl_files/blog/Presentation/Projet/Ou_sommes_nous/Blog/Theatre jeune.jpgIvan a défini une méthodologie qui est propre à sa structure, littéralement nommée la « décolonisation corporelle » : il part du principe que notre histoire, notre passé familial et sociétal, culturel ou personnel entravent notre corps et notre esprit. Selon Compa, ces contraintes peuvent être démontées à travers de la pratique artistique : le corps et l’esprit étant intimement liés, libérer le corps permet de participer à la construction de citoyens libres d’esprit.  Ces derniers sont ceux qui construiront la société de demain. Cette notion de liberté citoyenne et les messages engagés diffusés au travers des spectacles et ateliers permettent d’éveiller la conscience de la population et semble être un des objectifs forts de la Fondation.

 

 

Au-delà d’une méthodologie développée dans ses murs, la Fondation Compa aspire également à développer sa pédagogie dans les écoles, nommant cette dernière « La Pédagogie des Corps Libres en Cours ». La fondation décrit, à travers de trois livrets, cette pédagogie comme suit : La Pédagogie des Corps Libres  « Se veut avant tout comme une forme d’éducation populaire, comprise comme un processus grâce auquel  les sujets issus de classes populaires, traditionnellement exclus et marginalisés dans le respect de leurs droits fondamentaux, réfléchissent sur leur réalité, se forment et s’organisent pour transformer cette dernière. Inspirée par cet objectif d’éducation populaire, la Pédagogie des Corps Libres est une invitation à rêver un nouveau monde et une nouvelle vie plus pleine et humaine pour tous, à former des rêveurs du changement. »*

 

 

 

 

tl_files/blog/Presentation/Projet/Ou_sommes_nous/Blog/Jeunes theatre.jpg

 

Longtemps considérée comme alternative, ces méthodes tendent aujourd’hui à se démocratiser : le gouvernement bolivien souhaite en effet mettre une priorité sur le fait que l’éducation doit être une source de liberté. Ainsi, de nombreux professeurs se tournent vers la Fondation Compa-Trono pour se former à ces nouveaux modèles d’éducation. 

 

C’est ainsi que dans un contexte politique novateur se développe une pédagogie tout aussi novatrice.  Portés par cette idée que chaque rêve peut se réaliser, nous avons passé un mois dans cette structure inédite, partageant ateliers, spectacles et autres activités des plus divertissantes…

 

         •        Extrait du livret de présentation « Arte para la Educación, una experiencia de inclusión y arte en escuelas publicas de El Alto”, Fondation Compa-Trono, 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfants boliviens

Revenir

Ajouter un commentaire